Chanteval sur le parvis de San Ruffino
  • Comments:0

Chanteval en Italie, octobre 2015

9 mai 2015 : 3 choeurs réunis en l’église protestante de Munster, La Passacaille, Via Voce et Chanteval chantent la Paix.
Chanteval, seule cette fois, reprend ce thème trop actuel lors de son concert du 10 octobre.

En filigrane, la prière attribuée à Saint-François, « fais de moi un instrument de ta paix ! »

Saint-François… Saint-François d’Assise… Assise, Ombrie, Italie… De là est parti Le Projet, c’est là qu’il se réalisera…

Nicolas Husser, amoureux de cette région d’Italie, y trouva l’inspiration pour mettre en musique ce saint texte, musique dédiée tout particulièrement à ses choristes qu’il accompagne depuis plus de 10 ans déjà. Et il est évident pour tous que c’est à Assise que cette œuvre devra être interprétée !

Moins évident sera le départ, bien avant l’aurore, où chacun (mis à part quelqu’impondérable bavard) essaiera de récupérer quelques heures de sommeil dans le confort incertain d’un siège d’autocar ! Après un voyage tout compte fait bien agréable malgré sa durée, nous passons des premières neiges de la Suisse à la douceur du soleil de Toscane, et découvrons éblouis, accrochés à leurs rochers, les murs blancs d’ Assise dans les derniers rayons du couchant. Puis dépose dans une demeure d’un autre temps, labyrinthe de couloirs et d’escaliers, entre murs épais, chambres et mobilier pouvant nous raconter des siècles d’histoires…

Très vite, dans le patio de l’antique demeure, nous faisons connaissance avec « l’Apérol » (merci Michèle!), qui fait oublier à tous les courbatures du voyage ! Et pour remettre tout le monde d’aplomb, un bon repas à l’italienne, sous les voûtes de pierres de notre manoir-hôtel.

On chante, on donne tout ce qu’on a…

Dimanche, belle journée d’automne ; frais et dispos, parmi des centaines de touristes et pèlerins, lâcher de choristes dans la ville de Saint-François… La reconnaîtrait-il, lui, cette ville ? Aimerait-il ce qu’elle est devenue ? Grâce ou à cause de lui ? Quelle trace reste-t-il réellement du « Povorello » qu’il avait choisi d’être ? Mais là n’est pas notre propos. Malgré tout ce monde, il règne sur la ville douceur, calme et sérénité. En bon touristes, nous partons librement à l’assaut des ruelles pentues, des nombreuses églises, échoppes et restaurants, et pour les plus courageux, du Rocca Magiore qui domine le ville et offre une vue imprenable sur la plaine et les environs. De la majestueuse basilique à 2 niveaux, avec sa crypte où reposent les reliques du Saint, à la modeste église Santo Stefano dont les cloches carillonnèrent joyeusement à la mort de François, le temps passe trop vite et déjà il faut se retrouver à la cathédrale San Ruffino, pour les mises en voix et en place, et les derniers raccords… Quelques auditeurs profitent de la répétition, ils ne peuvent rester pour le concert… peu importe ; 17h, enfin nous atteignons le but de notre voyage : alors les pièces s’enchaînent, on chante, on donne tout ce qu’on a, on se fait plaisir, on fait plaisir, Jean-Paul, fidèle à lui-même, au piano, et notre chef, rayonnant (enfin sauf des fois…) qui nous fait l’honneur d’un discours en italien ! Ouf, le public semble heureux de notre prestation, nous aussi d’ailleurs, et puis c’est à nouveau l’heure de l’incontournable « Apérol », faudrait pas oublier ! Retour dans notre manoir pas hanté (quoique?), pour une dernière soirée bien animée, maintenant que le stress est retombé !

Lundi matin, départ pour Florence : voyage monotone dans la grisaille, et plus long que prévu. Mais la belle italienne nous accueille avec le soleil !

Déposés près du Ponte Veccio qui enjambe l’Arno, les choristes se dispersent en petits groupes à travers la ville. Pas le temps pour de grande visites, trop d’attentes, trop de monde… mais l’atmosphère agitée des rues, de la foule grouillante, des boutiques colorées et des marchés odorants, des églises, musées et autres monuments, des parcs et jardins… suffisent à imprégner les esprits de l’ambiance italienne… donnent envie de revenir… ou pas…

Soirée et nuit tranquille dans une auberge de jeunesse (c’est tout nous!) moderne et confortable, à deux pas du centre historique.

Étiquettes : , ,